Le pélérinage

29 juin 2018

Le Samedi

Chaque année, huit jeunes Montiliens sont choisis par la Confrérie de Saint-Gens, en qualité de porteurs. Ce sont les Santgenaires. Les Fils des membres de la Confrérie et des anciens porteurs sont prioritaires.
Le samedi de la fête, six d’entre eux accomplissent le parcours qui sépare Monteux de l’ermitage, de 18 kilomètres. Ils quittent la cité vers 18 heures. Les deux plus jeunes ont de 12 à 14 ans. Ils portent une croix très longue, légère et fleurie à son extrémité, appelée la « bannière » ou « bandiero » en Provençal. Cette croix représente les petits sacrifices que les jeunes sont capables de faire à la suite de Saint-Gens. Ce sont eux qui ouvrent le cortège précédés par un cavalier.
Derrière, partent les quatre porteurs du Saint, qui ont entre 16 et 18 ans et qui amènent la statue, fixée sur un brancard, à la Valsainte. Ils sont équipés de bretelles et portent, deux par deux, en se relayant le long du chemin. Ils sont également précédés d’un cavalier. Ils arrivent à l’ermitage vers 21 heures. Accueillis par le chapelain et le gardien de l’ermitage, ils assistent au salut du Saint-Sacrement dans le sanctuaire.

Le Dimanche

Au petit matin, deux autres Santgénaires, qui ont entre 18 et 20 ans, portent une lourde croix, en courant jusqu’à l’ermitage. Ce sont les porteurs du Christ, précédés eux aussi, par un cavalier. Ils portent, comme le Christ, le poids de nos péchés.
Avant leur départ, comme leurs six collègues de la veille, ils reçoivent la bénédiction de Monsieur le Curé de Monteux.
Les huit porteurs sont vêtus d’une chemise blanche, d’un pantalon beige et d’un calot aux couleurs pontificales, selon la tradition.
Le dimanche matin est célébrée au sanctuaire de l’ermitage, une messe festive, à l’issue de laquelle les reliques de Saint-Gens sont vénérées par les pèlerins.
Le dimanche après-midi, les trois groupes de porteurs repartent en direction de Monteux, entraînant derrière eux, une cohorte d’attelages hippomobiles, qui les accompagnent au retour comme à l’aller, précédés d’une calèche dans laquelle prennent place le Maire et le Curé de Monteux, ainsi que le Président de la Confrérie.
Ce cortège est accueilli dans notre cité, vers 18 heures, sous les acclamations et les cris de joie des Montiliens.
L’arrivée eut lieu, jusqu’en 1850, à la chapelle Saint-Raphaël, route de Pernes, puis, de cette date à 1865, à la chapelle Notre-Dame. De 1865 à 1906, cette arrivée se fit à la chapelle Saint-François, démolie à cette époque. Ensuite, durant plusieurs années, l’habitude fut prise de s’arrêter prés de l’entrée de la propriété de M. Mourgeon, aujourd’hui : place Béraud.
Ce n’est qu’en 1920 que l’arrivée fut, de nouveau, fixée à la chapelle Notre-Dame.
Après une demi-heure de repos, porteurs et fidèles se rendent à l’église en procession pour assister au Salut du Saint-Sacrement et écouter le traditionnel panégyrique du Saint en provençal.
Le soir à 22 heures, la statue du Portail Neuf, abondamment fleurie, est embrasée par un magnifique feu d’artifice sous les clameurs de la foule et le chant du cantique traditionnel

Le lundi

Le lendemain matin, une messe d’action de grâce est célébrée à10 heures, à l’église de Monteux, par Monsieur le Curé.
Puis, les porteurs, cavaliers et confrères vont se recueillir au cimetière sur le mémorial aux Santgenaires défunts. Ils sont ensuite reçus, vers midi, à l’Hôtel-de-ville par le Maire et son conseil Municipal.